Le pathos mène à l’Éros